Site compatible :  


Yvert et Tellier

 Scoop(s)


Rendez-vous les 9 et 10 mars 2019 pour la "Fête du Timbre", dont le thème sera cette année celui de l’élégance automobile.

Fête du Timbre 2019

Une Citroën Type A Torpedo


 Recherche


    Une personne
          ( par son nom et/ou son prénom )

    Une association
          ( nom complet ou non, ou sigle )




 Accès rapides


Agenda de la FFAP

Revue de presse

Emissions de timbres



Accès aux groupements et associations via la carte de France




 Lexique philatélique



Comme dans tout autre domaine de l'activité humaine (professionnel, artistique ou tout simplement hobby), les philatélistes utilisent un vocabulaire très précis, mais aussi parfois très imagé, pour définir les différents objets et concepts qu'ils sont appelés à manipuler dans la pratique quotidienne de leur passion.
Certains termes ont des significations particulières dans ce domaine et il est parfois utile de bien les comprendre sous peine de malentendus et de contresens. Il est aussi utile de bien les maîtriser pour comprendre ce qui différencie certaines émissions d'autres ou lorsqu'il est question de juger avec pertinence la valeur de certaines pièces.
Ce lexique est là pour vous aider dans vos recherches philatéliques.


Vous pouvez proposer de nouvelles définitions ou améliorer les définitions actuelles en les envoyant par mail via le bouton ci-dessous.


Ajouter ou améliorer une définition ...



    Lexique D




Les définitions sont classées par ordre alphabétique.



A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Sélectionnez la 1ère lettre de la définition recherchée.

  DAGUIN ( MACHINE)
La machine Daguin est une des premières machines à oblitérer mécaniquement le courrier. Elle a été utilisée principalement par les postes françaises.

Elle est inventée par Eugène Daguin (1849 - 1888). Sa mise en service officielle a eu lieu en juin 1884 à Paris. Elle avait alors un rendement de 3 000 lettres par heure.
La machine appose simultanément deux timbres à date sur le courrier : le premier oblitère le timbre-poste et le second laisse une preuve lisible de la date. Les centres des deux cachets sont séparés d’une distance constante de 28 millimètres jusqu’en 1949 (ce qui permet de reconnaître facilement ce type d’empreinte).
Dans les années 1900, cette machine commence à être délaissée pour des machines plus rapides, mais connaît un regain d’usage dans les années 1920 avec le remplacement d’un des cachets dateur par un cachet publicitaire. La carrière des dernières machines Daguin s’achève officiellement dans les années 1960, à titre exceptionnel pour certains bureaux dans les années 1970.

Source : Wikipedia
  DATE DE RETRAIT
Date à laquelle les timbres sont retirés de la vente dans les bureaux de poste. Ces figurines conservent néanmoins leur pouvoir d’affranchissement si elles ne sont pas démonétisées.


Source : La Poste
  DATE D’ÉMISSION
Date à laquelle une administration postale met un ou plusieurs timbres-poste en vente au public.
Date à partir de laquelle ledit timbre-poste est valable pour l’affranchissement jusqu’à ce qu’il soit démonétisé.

  DÉBOURSÉ
Avant la généralisation du timbre-poste et surtout la généralisation du port payé qui en est la conséquence, les bureaux de poste qui distribuaient le courrier devaient débourser à l’avance le montant des ports dus des courriers qu’ils recevaient avant de se faire rembourser par les destinataires. Si, pour une raison ou une autre, ils ne pouvaient encaisser ce remboursement (destinataire introuvable pour raison de changement d’adresse ou du fait d’une addresse erronée ou du décès du destinataire, etc.) ils devaient renvoyer ces courriers non distribués à un bureau centralisateur ( le bureau des déboursés) pour obtenir le remboursement des sommes engagées, ce qui leur permettait de rectifier leurs livres de compte.
Le bureau des déboursés réexpédiait le courrier vers l’expéditeur pour tenter de récupérer le prix du port.

En 1792 apparaît une marque postale spécifique pour matérialiser cette taxe. Cette marque "DEBOURSE" était apposée sur le verso de la lettre. Les déboursés seront supprimés en 1832.
  DÉCENTRÉ
Se dit d’un timbre dont la partie imprimée n’est pas à égale distance des limites du papier ou de la dentelure, c’est à dire dont le centrage est défectueux.


Source : Yvert et Tellier
  DÉCHET D’IMPRESSION
Feuille d’impression partiellement ou entièrement imprimée ou partie d’une feuille de timbres-poste écartée par l’imprimeur en raison de défauts ou autres erreurs d’impression, de valeur, de dessin ou de perforation. Ces feuilles doivent être normalement détruites mais on en retrouve souvent, entière ou en morceaux, sur le marché.

  DÉCIME
Au XIXème siècle, les taxes postales étaient exprimées par un nombre entier de décimes (un décime = 10 centimes) et sont éventuellement arrondies au décime supérieur.

Sur le courrier, ces taxes sont indiquées de manière manuscrite selon une graphie plus ou moin standardisées (taxes manuscrites )


  DÉCIME RURAL
Le décime rural correspond à une taxe fixe instituée par la loi du 3 juin 1829 et destinée à financer le service postal rendu par les facteurs ruraux.
D’un montant de 1 décime, elle est perçue sur toute lettre provenant ou à destination d’une commune rurale sans bureau et est ajoutée à la taxe progressive s’appliquant au courrier provenant ou sortant de l’arrondissement postal (tarif selon le poids de la lettre et la distance parcourue). Toutefois, cette taxe n’est pas appliquée lorsque la commune d’origine ou celle de destination fait partie du même arrondissement postal.

A partir du 1er avril 1830, un timbre spécifique "1D." est apposé sur toutes les lettres soumises à cette taxe. Puis, à partir de 1834, il est décidé que le timbre "1D." serait systématiquement noir lorsque la lettre est à destination rurale et rouge lorsqu’elle est d’origine rurale.

Cette taxe disparait le 1er janvier 1847.

  DÉFAUT
Imperfection visible sur le dessin d’un timbre qui s’est produite lors de la gravure, de la formation du cliché ou au cours du processus d’impression.
Ces défauts sont à l’origine de ce qu’on appelle des variétés mais qui sont de fait des différences par rapport au motif original.
  DÉMONÉTISÉ
Les timbres-poste gardent en général leur pouvoir d’affranchissement même après leur retrait de la vente. Mais pour des raisons politiques, techniques ou autres un timbre-poste peut perdre son pouvoir d’affranchissement, il est alors démonétisé.

En France seuls les timbres à l’effigie du Maréchal Pétain ont été démonétisés pour des raisons politiques à la Libération. Quelques autres timbres ont été démonétisés pendant l’entre-deux-guerres. Il s’agit de timbres-poste issus de plusieurs émissions de bienfaisance, en particulier ceux dits "de la Caisse d’Amortissement". Mais dans certains pays, comme l’Allemagne, la période de fin de validité des timbres-poste était fréquemment précisée par des instructions diffusées en interne et au public. Passée cette date les timbres concernés étaient démonétisés d’office : les courriers les utilisant étaient taxéx comme non affranchis.

  DENTELÉ
Se dit d’un timbre dont les bords ont été perforés dans le but de faciliter la séparation des timbres d’une même feuille.
Dans les catalogues, le mot ’dentelé’ est suivi d’un chiffre indiquant le nombre de dents contenues dans une longueur de 2 centimètres ( voir : Odontomètre )
Dentelés 13 signifie que les timbres d’une feuille sont tous dentelés 13 sur les quatres cotés.
Dentelés 13x14 signifie que les cotés horizontaux sont dentelés 13 et les cotés verticaux sont dentelés 14.


Source : Yvert et Tellier
  DENTELURE
Perforation permettant la séparation facile des timbres entre eux. Deux timbres de type identique peuvent avoir des dentelures différentes, donc des cotes différentes.

La densité de dentelure est un chiffre qui indique le nombre de dents tous les 2 centimètres. Une dentelure 13 veut dire que le timbre comporte 13 dents tous les 2 cm.
Certains timbres ont des dentelures différentes sur les bords horizontaux et verticaux.
La dentelure se mesure avec un odontomètre.
  DÉPAREILLÉE
Série de timbres-poste dont au moins un timbre n’est pas présent. Ce qui réduit considérablement son interêt et sa valeur.

  DEPÊCHE
Ensemble des envois postaux regroupés dans des sacs postaux et acheminées dans une même direction.


Source : Site MP
  DÉPLACÉ
Fait référence à la partie d’un timbre dans laquelle une ou plusieurs couleurs ne sont pas alignées. On parle souvent de "centre déplacé" lorsque le timbre-poste a été imprimé en deux passages et qu’il se trouve déplacé par rapport au cadre.

  DESTRUCTION
Les timbres fautés ou retirés du service, qu’ils aient été émis ou non, sont périodiquement détruits officiellement par l’administration. Ces destructions font l’objet de procés-verbaux spéciaux.

En attendant leur destruction les deuilles de timbres fautées sont recouvertes par une para-oblitération empéchant leur éventuelle utilisation.


Source : Site MP
  DÉTACHÉ
Fait référence à un timbre oblitéré qui a été décollé de son support.

  DOCUMENTS ÉLECTORAUX
Depuis 1857 les documents électoraux envoyés aux électeurs bénéficient d’une franchise postale, totale ou partielle selon leur type.
Les documents qui bénéficient de ces mesures sont, au début, les professions de foi, les cartes électorales et les bulletins de vote.
La franchise ou les tarifs réduits accordés ne sont valides que jusqu’à la fin d’une élection donnée.,






  DOUBLE AFFRANCHISSEMENT
Avant la généralisation de l’UPU, les relations postales internationales étaient régiées par des conventions négociées au cas par cas. En cas de conflit armé cela pouvait déboucher sur des conventions particulières imposant le "double affranchissement" dans lequel chaque administration postale impliquée dans le transport du courrier réclamait des taxes de port pour la partie du trajet qui la concernait.

Ce fut en particuier le cas lors du conflit franco-prussien de 1870 pendant lequel un tel système fut mis en place pour gérer le courrier transitant, dans les deux sens, entre la France et l’Allemagne.

Il est intéressant de savoir que le fonctionnaire allemand qui signa les conventions imposant le double affranchissement pendant le conflit franco-prussien est Heinrich von STEPHAN qui fut, quelques années plus tard, un des créateurs de l’UPU ... dont une des premières décisions a été de généraliser des règles internationales évitant le double affranchissement.
  DOUBLE IMPRESSION
Impression résultant de deux passages successifs sous la presse.
Cela ne peut concerner que pour des timbres imprimés feuille à feuille.
Parfois, l’une des impressions peut avoir été faite à sec et l’autre avoir été encrée.

Selon l’importance du décalage entre les deux impressions cette variété peut être plus ou moins visible. dans de nombreux cas elle ne se manifeste que par l’aspect "flou" de l’ensemble du motif du timbre.
La double impression peut aussi se référer à une surcharge imprimée a posteriori.
  DRAPEAU (CACHET)
Les cachets "drapeaux" apparaissent en 1898 lors des essais réalisés avec la machine à oblitérer Bickerdyke. Le timbre à date devait figurer sur la lettre alors que le drapeau avait pour fonction essentielle l’annulation du timbre-poste.

Les cachets drapeaux préfigurent les oblitérations mécaniques de type flamme qui se généraliseront au début du XXème siècle.




 Nos partenaires


La Poste    Logo Yvert et Tellier         




Mentions légales

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation, notre politique de préservation des données personnelles et le fait que nous utilisons dans certains cas des services additionnels permettant d’améliorer nos services (accès à YouTube et à Google Maps). Pour plus d’informations, cliquez sur le bouton "Mentions Légales".