Article paru dans «La Philatélie Française»
 Cet article est paru dans La Philatélie Française N° 596 - Nancy, capitale de la Philatélie !
LPF

Nancy, capitale de la Philatélie !

Du 5 au 9 mai, Nancy accueillera le 78e congrès de la FFAP et son exposition nationale. C’est l’occasion de découvrir la capitale de la Lorraine qui fête en 2005 le 250e anniversaire de la place Stanislas.

Nancy, Place stanislas, grilles

C’est Stanislas, duc de Lorraine, ami des artistes, qui a donné à Nancy son ensemble architectural inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco que sont la place Stanislas, la place de la Carrière et la place de l’Alliance. Emmanuel Héré, architecte de talent, dessina les façades. Jean Lamour, ferronnier de génie, forgea les grilles. Barthélemy Guibal sculpta les fontaines. Leurs talents réunis ont contribué à faire de la place Stanislas, la plus belle d’Europe.

En 2005, la Fédération française des associations philatéliques a confié au Club philatélique lorrain l’organisation de son 78e Congrès et du championnat de France de philatélie. C’est dans le cadre du 250e anniversaire de la place Stanislas et de l’ensemble des animations développées autour de cet événement que se tiendra ce grand salon annuel du timbre, étape incontournable pour tous les philatélistes français mais aussi européens. Ce salon revêt en effet une importance considérable de par l’ensemble des animations mises en oeuvre : expositions artistiques et historiques, ateliers pour les jeunes, nombreux stands de négociants et présence d’offices postaux étrangers. Tous les aspects de la philatélie sont abordés : depuis les très spécialisés avec une compétition de haut niveau à d’autres moins pointus qui permettront à tous de s’initier aux aspects culturels de la philatélie.
Remerciements pour le prêt des cartes maximums aux :
Maximaphiles français,
30 rue de la Prévoyance
94300 Vincennes
www.maximaphiles-francais.org

Timbre représentant la place Stanislas de nuit.

Le timbre, au format panoramique, a été dessiné et gravé par Pierre Albuisson. Il représente la place Stanislas de nuit. Il est doté d’une vignette portant la mention « 78e congrès de la Fédération française des associations philatéliques » et illustrée par une représentation des grilles de Jean Lamour.

PROGRAMME
Mercredi 4 mai
9 h à 18 hAccueil des participants et montage des collections.
Jeudi 5 mai
9 h -18 hTravaux du jury.
9 hOuverture de l’exposition Nancy 2005 et du bureau de poste temporaire.
11 hInauguration officielle par M. André Rossinot, maire de Nancy, ancien ministre.
Vente anticipée du timbre 1er Jour « place Stanislas ».
Vente de souvenirs et produits régionaux.
14 h -17 hAccueil des scolaires et animations diverses.
18 hFermeture de l’exposition et du bureau de poste.
Vendredi 6 mai
9 hOuverture de l’exposition.
Reprise des travaux du jury.
Courrier par ballon (heures en fonction du temps).
11hCourrier par malle-poste.
Animations diverses.
18 hFermeture de l’exposition et du bureau de poste.
Samedi 7 mai
8 hAccueil et pointage des congressistes dans le hall A.
9 hOuverture du 78e Congrès de l’exposition Nancy 2005 et du bureau de poste temporaire.
9 h 30Départ pour la visite du Musée lorrain et de la vieille ville.
11 hCourrier poste par malle-poste et ballon (heures en fonction du temps).
14 h 30 -18 hConférences (salle E. Gallé).
14 h 45Départ pour la visite du Musée de l’école de Nancy.
15 hRéunion des commissions dans les salles annexes du hall A.
18 hFermeture de l’exposition et du bureau de poste
20 hBanquet du palmarès dans les grands salons de l’hôtel de ville place Stanislas et remise des grands prix.
Dimanche 8 mai
9 hOuverture de l’exposition Nancy 2005 et du bureau de poste temporaire.
11 hAffichage du palmarès.
Remise des récompenses et diplômes aux exposants
Résultat du tirage des bons de soutien et remise des lots.
17 hFermeture de l’exposition.
18 hDébut du démontage.
 
Chaque jour, la restauration est assurée sur place au restaurant du Parc expo de 11h30 à 14h

EXCURSIONS
Lundi 9 mai
9 h – 18 hVisite du château d’Haroué–Mirecourt.
Visite du musée de la lutherie et de la musique mécanique.
Mardi 10 mai
9 h – 18 hVisite des cristalleries de Baccarat et du musée.
Visite du parc et du château de Lunéville.

Liste des négociants et offices postaux présents
ABT PhilatélieDauphiné PhilatélieLindner PhilatéliePhilatélie Lyonnaise
Agnoletto et filsDemi-lune PhilatélieMannesbergBeaudot
Alderkamp JDDijon PhilatélieMarbot DominiquePhilatours
Arménie-ZemtvoÉditions Jean FarcignyMarc Besnard PhilatéliePrins Philatélie
Arrou-TanneguyHedroug PhilatélieMarcophilie 74Simioni
Au coin des collectionneursHennekine YvesMartinaud PhilatélieSinais Bertrand
Bernard LaurentImage Documents – SafeMondiathèmeSO.DO.P
Bonhomme Jean-NoëlLa Boutique du collectionneurPagnanini ValentinoStraphil
Briefmarken MoersHeckler JeanPanoramas PhilatélieSussmann Paul
Brun ChristianLa Malle des IslesPhila 2000Vincennes Philatélie
Cealis Jean-PierreLa MissivePhila LucWerner Wetzel
Cohen SabbanLa Postale PhilatéliePhila Passion PlusYvert et Tellier
Courrier d’hierLa Poste du VillagePhilambul 
D D PhilL’ArchivePhilat.O.M 
DallayLe VermillonPhilatélie 68 
 
Administration postale des Nations unies, Argentina stamps, La Poste de Belgique, Offices des émissions, de timbres-poste de Monaco, CTT Correos de Portugal

Nancy, ville d’histoire et de culture

Une oeuvre Art nouveau d’Émile Gallé Une oeuvre Art nouveau d’Émile Gallé, illustre représentant de l’école de Nancy.
Ville ducale du XIIIe au XVIIIe siècle, de René II à Stanislas, capitale d’un État indépendant jusqu’en 1766, ville frontière entre 1871 et 1914, centre de l’Art nouveau à la fin du siècle dernier, l’histoire de Nancy est riche et mouvementée. La ville a tourné la page de la crise industrielle des années 1970-1980 et assuré sa mutation économique. Aujourd’hui, Nancy est le coeur de la communauté urbaine du Grand Nancy qui compte 258 000 habitants et regroupe 20 communes. Le bassin de Nancy est un pôle d’affaires important par sa densité d’entreprises (plus de 20 000) et par ses activités tertiaires de service et commerciales. Des liaisons fortes entre l’université, la recherche et l’activité économique sont en place et la ville s’oriente résolument vers les technologies de l’information et le soutien à l’innovation. Le Grand Nancy offre à la création et au développement des entreprises un site privilégié. Des projets importants remodèlent la ville : un nouveau quartier, Stanislas-Meurthe, un plan de transports et de déplacements cohérent, la mise en service de la première ligne de tramway, le quartier de la gare restructuré, le développement de pistes cyclables, la mise en valeur de la Meurthe, l’arrivée de nouvelles entreprises à haute valeur technologique, la création du pôle d’excellence verrier et du futur pôle régional des musiques actuelles. À la fois médiévale, Renaissance, baroque et Art nouveau, Nancy surprend par sa diversité et sa richesse patrimoniale. Son originalité repose d’abord sur les trois villes qui la composent : la ville vieille, la ville neuve de Charles III et la ville royale de Stanislas, avec la place qui porte son nom et un ensemble architectural grâce auquel Nancy figure au patrimoine mondial de l’Unesco. Ville de patrimoine, Nancy est également une ville de culture. Le théâtre de la Manufacture, l’Opéra de Nancy et de Lorraine, l’Orchestre symphonique et lyrique de Nancy et le Centre chorégraphique national-Ballet de Lorraine proposent un programme riche et diversifié. Les grandes scènes (Zénith, salle Poirel, chapiteau de la Pépinière) comme les plus petites (Terminal Export, Vertigo, Forum) s’adressent à l’ensemble des publics et vibrent lors de grands rendez-vous festivaliers tels que le Nancy Jazz Pulsations, les cultures urbaines ou encore le Festival international de chant choral. Du répertoire classique à la création contemporaine, les scènes nancéennes explorent tous les territoires de la culture d’aujourd’hui.
La porte Stanislas.

La porte Stanislas.

L’emblême des ducs de Lorraine

L’emblême des ducs de Lorraine


Stanislas Leszczynski

C’est en avril 1737 que Stanislas Leszczynski prend possession des duchés de Lorraine et de Bar que le traité de Vienne lui avait donnés en échange de sa renonciation à toute prétention sur son royaume.

Né à Lwow le 20 octobre 1677, de l’union de Raphaël Leszczynski et d’Anne Jablonowska, il atteignait la soixantaine mais malgré son âge et son embonpoint, il ne dédaignait pas les amours faciles, ses « petites peccadilles » comme il disait.
Son épouse, Catherine Opinlinska, accepta difficilement son exil. Il est vrai que la mort de sa fille aînée, Anne, à l’âge de 18 ans, l’avait profondément marquée.

En revanche, c’est avec joie qu’elle vit le mariage de sa fille cadette, Marie, avec le roi Louis XV. Elle expira le 19 mars 1747 à l’âge de 67 ans. Stanislas en fut peiné mais sans plus.
Pendant 19 ans encore, Stanislas continua de gouverner et d’embellir son duché. Malgré son grand âge, il avait conservé cette vivacité d’esprit, cette facilité de moeurs, cette heureuse sérénité qui lui conciliaient bien des coeurs.
Levé de bonne heure, il commençait sa journée en fumant sa longue pipe alsacienne. À table, il appréciait surtout les desserts et le baba, cher aux Polonais, dont il avait introduit la recette en France.

Il dessinait, jouait de la flûte, aux cartes et aux échecs. Il aimait écouter de la musique.

Le matin du 5 février 1766, après que son valet de chambre l’eut habillé, il s’installa dans son fauteuil devant une haute cheminée tout en bourrant sa pipe.
Quand soudain une étincelle enflamma sa robe de chambre et il fut sérieusement brûlé. Pendant qu’on lui prodiguait les premiers soins, il eut le courage de murmurer à l’oreille de la servante, elle-même brûlée légèrement : « qui eut dit, Madame, qu’à nos âges, nous brûlerions un jour des mêmes feux ? »
Le 22 février, la fièvre monta dangereusement et il reçut l’extrême-onction. Le 23 février vers 4 heures, Stanislas Leszczynski rendit le dernier soupir.

La pépinière créée en 1765 à Nancy par Stanislas

La pépinière créée en 1765 à Nancy par Stanislas sur l’emplacement des fossés et fortifications de la ville vieille.

Stanislas leczinski, Duc de Lorraine Un roi en exil.


La mirabelle

La mirabelle est sans conteste la reine de nos vergers. Fruit d’or, souvent taché de petits points rouges, la mirabelle est célébrée chaque été joyeusement. La fête dure plusieurs jours avec un imposant défilé de chars et se termine en apothéose par un feu d’artifice.
Il n’est pas de plus grand plaisir que de savourer ces boules dorées et mûres sous l’ombrage de ces arbres rustiques. La succulente tarte aux fruits d’or émet pendant sa cuisson une odeur irrésistible, avant-goût du plaisir de la dégustation.

Le mirabellier ne se plaît qu’en Lorraine qui est certainement le seul pays à le cultiver. C’est pour cela sans doute qu’il est un peu l’enfant chéri de la région. À ses côtés, le quetschier (prononcez quoichier en lorrain) est également apprécié pour ses fruits oblongs à chair juteuse et parfumée.
Mirabelles et questches donnent une eau de vie rude au premier contact, comme l’est la région. La rudesse de ces alcools laisse vite la place à une saveur très agréable où le parfum du fruit s’exhale. C’est tout le terroir lorrain qui se retrouve dans cette « goutte » (eau de vie).

La Lorraine, le pays de la mirabelle. La Lorraine, le pays de la mirabelle.


Georges de La Tour

Si la biographie de Georges de La Tour pose encore un certain nombre d’énigmes, la reconstitution des étapes de sa vie fait apparaître l’histoire d’une réussite sociale. Fils d’un boulanger aisé, Georges de La Tour est né en 1593 à Vic-sur-Seille, cheflieu de la seigneurie temporelle de l’évêché de Metz. Le jeune de La Tour est sans doute l’élève du peintre Dogoz. On sait peu de choses de sa vie entre 1610 et 1616. Peut-être fut-il en apprentissage à Nancy chez Constant Bellange ou fit-il un séjour aux Pays-Bas ou encore, hypothèse la plus généralement admise, fit-il un voyage en Italie.

En 1616, on le retrouve à Vic et en 1617, il épouse Diane Le Nerf, fille de l’argentier du duc de Lorraine. Il s’installe à Lunéville et ce mariage lui permet d’accéder à une vie de bourgeois-noble, riche et fier de l’être. Il est alors décrit comme chicanier, égoïste et brutal. En 1632, il est à Paris et porte le titre de peintre ordinaire du roi Louis XIII. Revenu à Lunéville, sa notoriété et son aisance matérielle ne cessent de croître jusqu’à sa mort en 1652.

Saint Thomas, peint par Georges de La Tour. Saint Thomas, peint par Georges de La Tour.


Les images d’Épinal

Les premières images d’Épinal datent du XVIIe siècle et ne furent, au début, et pendant longtemps, que des images de préservation appelées en Lorraine « feuilles de saints » ; ces images étaient donc exclusivement religieuses, diffusées par des colporteurs appelés aussi Chamagnons parce que la plupart étaient originaires du village de Chamagne, dans les Vosges.
L’imagerie s’étendit par la suite à des sujets communs. À cette époque, en même temps que prospérait à Épinal le commerce des cartes à jouer et des dominoteries ; on nommait alors dominoteries tous les papiers imprimés en noir et coloriés. Tout naturellement les dominotiers devinrent les premiers imagiers ; le procédé de fabrication était le même : gravure sur bois et coloriage au pochoir ou patron. Le sujet préalablement dessiné sur un bloc de bois de poirier, était gravé au couteau, la planche une fois terminée était enduite d’encre et recouverte de la feuille à imprimer.

On obtenait ensuite l’empreinte en exerçant une pression sur le dos de la feuille. On découpait dans les cartons toutes les parties de l’image qui devaient recevoir la même teinte. Il y avait un patron par couleur, le coloriste appliquait ce patron sur la feuille qu’il coloriait ensuite au moyen d’une brosse à longues soies trempées dans les couleurs. Pendant très longtemps, les couleurs employées dans l’imagerie, se réduisirent à quatre : rouge, jaune, bleu et brun.
C’est avec les familles Didier et Pellerin de 1734 à 1790 que la fabrication des images prend réellement de l’importance à Épinal. En 1796, Jean-Charles Pellerin fonde l’imagerie Pellerin, et c’est à lui que revient l’honneur d’avoir conçu et réalisé son évolution. Aujourd’hui, les descendants de Jean-Charles Pellerin perpétuent les traditions en imprimant certaines estampilles sur bois anciens et en utilisant toujours le procédé du coloriage au pochoir à la main ou patron.

Une image d’Épinal inspirée du conte de Charles Perrault Le Chat Botté. Une image d’Épinal inspirée du conte de Charles Perrault Le Chat Botté.

Une image d’Épinal inspirée du conte de Charles Perrault Le Chat Botté.

La compétition

La dernière compétition nationale remontait à 2003 lorsque le congrès de la Fédération s’était tenu à Mulhouse. En 2004, toute l’attention avait été retenue par la compétition européenne qui avait été organisée dans le cadre du Salon du Timbre.
Il était donc normal que les candidatures soient nombreuses pour participer à la compétition de Nancy 2005. La sélection a été sévère et a conduit à éliminer le tiers des candidats.

La classe ouverte et la classe 12/24 seront bien représentées. L’histoire postale est largement en tête quant au nombre de collections et devance la philatélie thématique et la philatélie traditionnelle.
Au total, ce sont 950 cadres qui constitueront la compétition. La liste des exposants ainsi que la composition du jury sont consultables sur le site Internet de la Fédération : www.ffap.net

Nancy 2005, le temps des lumières

Les oblitérations
Un timbre à date « Premier Jour Nancy 2005 » utilisé du 5 au 8 mai avec l’émission du timbre.

Un timbre à date utilisé le 7 mai à l’occasion du Congrès de la Fédération.
Deux timbres à date pour le transport du courrier par malle-poste les 6 et 7 mai.
Deux timbres à date pour le transport du courrier par ballon monté les 6, 7 et 8 mai.

Les animations

Diverses animations jalonneront les quatre jours de la manifestation :

  • une malle-poste du XVIIIe siècle transportera du courrier de la Cour des Miracles, ancien relais de poste de la rue Poincaré jusqu’à la place Stanislas ;
  • du courrier sera transporté par ballon monté ;
  • une exposition spécifique d’objets et de collections sur le Siècle des Lumières ;
  • l’Académie de Philatélie poursuivra l’illustration du dictionnaire commencé en 2003 ;
  • une exposition de mail art en partenariat avec le Musée de La Poste de Paris et celui de Caen ;
  • un ensemble d’animations en direction des jeunes philatélistes : jeux, atelier de philatélie, minijournal, rallye philatélique…


La boîte de gare de Nancy

Au moment de la création des ambulants (1854-1855), des boîtes aux lettres avaient été mises dans les gares ; elles étaient destinées à recueillir des lettres partant par les ambulants qui les traversaient.
À l’arrivée du train en gare, un préposé des postes apportait la boîte à l’ambulant qui triait le courrier dans le wagon. Parmi les lettres ainsi recueillies, se trouvait des lettres locales que leurs expéditeurs auraient été bien inspirés de poster ailleurs qu’à la gare.

L’ambulant ne s’apercevait de cette erreur qu’après le départ du train, il apposait alors son cachet sur le recto des lettres et les renvoyait à la ville qu’elles n’auraient pas dû quitter.
Afin que la lettre ne soit pas taxée, une marque manuscrite : « boîte de… » était inscrite au recto de la lettre. Voici deux exemples de lettres postées dans la boîte de la gare de Nancy.

Exemple de lettre postées dans la boîte de la gare de Nancy

Nancy pour Malzéville (près de Nancy), 03 août 59, lettre nonaffranchie, mise à la boîte de la gare, relevée par l’ambulant de jour Nancy à Forbach, qui a indiqué son origine par la mention manuscrite « boîte de Nancy ». Le pli est taxé à 10 c par le bureau de Nancy le même jour matérialisé par le chiffre taxe 10 c type II de la lettre non-affranchie.

Exemple de lettre postées dans la boîte de la gare de Nancy

Nancy, pour la ville, 9 août 61, à 10 c, 1er échelon. La lettre fut postée à la gare, elle a pris le train par erreur. L’ambulant renvoie la lettre à la ville qu’elle n’aurait jamais dû quitter, et appose au verso de la lettre le timbre à date, l’ambulant Paris à Strasbourg. Justification du tarif local à 10 c par l’inscription manuscrite « boîte de Nancy » retour même jour.

En bref
Le championnat de France de philatélie ouvrira ses portes tous les jours du jeudi 5 au dimanche 8, de 9 h à 18 h, sauf le dimanche 8, de 9 h à 17 h.
Le lieu : parc des expositions de Nancy-Vandoeuvre.
Le 78e Congrès de la FFAP se tiendra sur le site du parc des expositions le samedi 7 mai à partir de 9 h.

Renseignements : CPL, BP 70700 - 54063 Nancy Cedex.
Tél. 03 83 28 58 05.
Fax : 03 83 41 29 26.
E-mail : nancy2005.philatelie@laposte.net

FFAP, 47 rue de Maubeuge 75009 Paris.
Tél. : 01 42 85 50 25.
Fax : 01 44 63 01 39.
E-mail : ffap.deroy@laposte.net

 Cet article est paru dans La Philatélie Française N° 596


Rechercher un article
  mots-clés    
  sur au moins un des mots   sur tous les mots
Les différentes rubriques d'articles
Sélectionnez une année
Sélectionnez un numéro
Les premiers articles complets disponibles en ligne
LPF n° 596 - Nancy, capitale de la Philatélie !
LPF n° 642 -
  • C'est la rentrée !
  • LPF n° 646 -
  • Reflets de sport
  • LPF n° 654 -
  • Objectif jeunesse
  • LPF n° 664 -
  • Passion Maxi-jeunes

  • Il y a 35 visiteurs de ffap.net en cet instant
     Rechercher 
    une association   ou une personne
    sur au moins un des mots sur tous les mots
    votre association
    votre département
    votre groupement
     
     

    La Fête du Timbre 2018, qui aura lieu comme cette année au mois de mars, inaugurera un nouveau thème de timbre émis à cette occasion : pendant une durée qui reste non précisée le thème sera celui des voitures de collection.





     
    Phil@poste organise, sur Internet, jusquau 28 avril 2017, l’élection du Timbre 2016.





     
    Les dates sont celles des mise en vente générale,
    pour connaître les dates des 1ers jours voir la page du timbre ou le communiqué de presse
    Les émissions de timbres français de 2016
     Date de vente  cliquez sur
    les timbres
    émissions Communiqué
    de presse
    Les dates sont celles des mise en vente générale,
    pour connaître les dates des 1ers jours voir la page du timbre ou le communiqué de presse
    Novembre 2016
    6 novembre

    Capitales européennes : Amsterdam
    7 novembre

    140ème anniversaire du type Sage 1876
    7 novembre

    Carnet 140ème anniversaire du type Sage 1876
    9 novembre

    Brive la Gaillarde
    9 novembre

    Les plumes d´écriture
    9 novembre

    Carnet Croix-Rouge 2016
    9 novembre

    Réouverture de la Bièvre - Val-de-Marne
    9 novembre

    Marie Laurencin 1883 -1956 - Portrait de la Baronne Gourgaud
    9 novembre

    Marie Laurencin 1883 -1956 - Petite fille à la guitare
    10 novembre

    Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (1916-2016)
    14 novembre

    Métier d’art : Joailler
    14 novembre

    Plus que des voeux avec le timbre à gratter
    28 novembre

    Structure et lumière
    30 novembre

    350 ans de l´Académie de France à Rome - Villa Medicis
    Les émissions de timbres français de 2017
     Date de vente  cliquez sur
    les timbres
    émissions Communiqué
    de presse
    Janvier 2017
    9 janvier

    Reflets - Paysages du Monde
    16 janvier

    Marc Chagall (1887-1985)
    16 janvier

    Marianne et la jeunesse
    23 janvier

    Le coeur de Balmain
    23 janvier

    Le coeur de Balmain
    30 janvier

    Les 12 signes astrologiques chinois
    30 janvier

    Château du Pailly (Haute Marne)
    Février 2017
    1 février

    Marianne et la jeunesse
    1 février

    Marianne et la jeunesse
    10 février

    50 ans Loi Neuwirth
    15 février

    Marianne et la jeunesse
    20 février

    Frédéric Bazille (1841-1870)
    27 février

    Anne Morgan (1873 - 1952)
    27 février

    Salon International de l’Agriculture 2017
    Mars 2017
    13 mars

    Fête du timbre 2017 - "L´Étoile" d´Edgar Degas (1884-1917)
    13 mars

    Fête du timbre 2017 - La valse
    13 mars

    Germaine Ribière (1917-1999)
    13 mars

    Salon Philatélique de Printemps - Montmartre
    13 mars

    Capitales Européennes - La Valette
    14 mars

    Loi sur l´Organisation du crédit au commerce et à l´industrie (1917 - 2017)
    20 mars

    Cinquante-cinq ans du cessez-le-feu en Algérie (1962-2017)
    27 mars

    Maurice Faure (1922-2014)
    Avril 2017
    1 avril

    Masques - Série photographique de Michelangelo Durazzo
    3 avril

    Métiers d’Art - Ferronnerie d´Art
    10 avril

    Bataille de la Crête de Vimy (1917-2017)
    18 avril

    Le chemin des dames (1917-2017)
    24 avril

    Jean-Baptiste Charcot (1867-1936)
    30 avril

    Cholet 2017 - 90ème congrès de la FFAP
    ► Les émissions de 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017
     

     
     


     

    Pour remonter en haut de page faites un double clic n'importe où sur la page
           
    [Accueil]  [Chercher]  [Contacts]  [Plan du site]  [Privé]  [Trombinoscope]  [Venir nous rencontrer]  [Mentions légales

    Depuis le 20/09/2006 ce site a été visité 1 503 631 fois par des visiteurs dits "uniques"
    Cette page a été visitée 78 406 fois
    - Précédente visite le 25/05/2017 à 22h 00mn
    En mai 2017 il y a eu 196 069 pages vues pour 18 630 visites du site
    Le programme d'affichage de cette page a été mis jour le 15/11/2014, mais les données qu'elle contient peuvent être plus récentes